Limaces, un danger à ne pas sous estimer ?

/dans Articles Techniques /

De prime abord, les pratiques d’agriculture de conservation semblent  très bénéfiques aux limaces.

En effet, que ce soit:

– le dépôt de tous les résidus en surface,

– les couverts végétaux

– le peu ou non travail du sol

les conditions semblent réunies pour leur installation.

Des pratiques qui favorisent le développement des auxiliaires

S’il est vrai que ces pratiques, favorisent le développement des auxiliaires, permettant de lutter naturellement contre les limaces, ce retour de la biodiversité ne fait pas tout.

On observe souvent des pics de populations les premières années de transition.

Il convient donc de s’interroger alors sur le danger potentiel qu’elles peuvent faire courir aux cultures.

Limax Maximus ou Limace Léopard

Des espèces rares de limaces peuvent être visualisées

La limace est vorace et s’installe prés de son garde-manger. Si elle n’est pas dérangée elle prolifère.

« À partir du moment où le sol est couvert, il y a un risque supplémentaire d’avoir une population de limace supérieure. Les études montrent aussi que, plus le garde-manger est fourni, plus elles sont fécondes », explique Marion Puysservert, responsable technique anti-limaces DE SANGOSSE.

Ainsi,  des agriculteurs ont pu croiser des espèces rares telle la  limace léopard (Limax Maximus une limace carnivore) dans certaines parcelles.

Limaces et couverts végétaux font bon ménage !

Nous l’avons détaillé dans notre article technique du 25 juin.

Les équilibres biologiques sont des équilibres très instables qui sont gérés par une multitude de facteurs combinés.

Par conséquent, il faut rester prudent et réaliste. S’il est possible d’affirmer et d’identifier certaines tendances et limiter l’amplitude des vagues d’attaques et l’ampleur des dégâts sur les cultures, les limaces restent très sournoises et un danger qu’il ne faut pas sous-estimer.

Il suffit que les conditions de milieu associées aux conditions climatiques entrainent une éclosion et une forte évolution de population en même temps que la levée de la culture et c’est la catastrophe !

Parce que rien n’est jamais écrit d’avance et qu’il faut rester vigilant, Frédéric Thomas et TCS lancent cette nouvelle enquête avec l’aide de DE SANGOSSE.

Elle fait suite à une première enquête réalisée en 2016.

A travers vos observations et vos pratiques, l’idée est d’encore mieux cerner les habitudes, les préférences et les réactions des limaces mais aussi les parades que vous avez mises en place afin de vous sécuriser et contourner ce risque.

C’est grâce à votre participation et à vos retours d’expérience que la connaissance et la lutte efficace avancent.

Participez à l’enquête nationale sur la Gestion du Risque Limaces